Déflater une série statistique

Publié le par Natalie

L’inflation pose un problème aux économistes puisqu’elle modifie la valeur apparente de la production alors même que les quantités produites peuvent rester identiques, et qu’elle se répercute logiquement sur les salaires sous forme de danger sur le pouvoir d’achat. Pour observer l’évolution réelle de l’activité économique, de la production comme de la consommation, il est donc nécessaire de tenir compte des effets de l’inflation, c’est à dire déflater.

I) Définitions

A) Déflater

C’est annuler, effacer l’effet de l’inflation dans une série statistique (ex : l’évolution du P.I.B. de la France de 1975 à 1999).

B) Évolution en valeur et en volume

  • Une évolution en valeur est une évolution qui reflète le mouvement apparent de l’économie et qui, de ce fait, incorpore l’effet de l’inflation.
  • Une évolution en volume est une évolution qui reflète le mouvement réel de l’économie, de la production, des salaires, etc. Elle est donc corrigée de l’inflation si elle est exprimée en unités monétaires.

C) Prix courants et prix constants

  • Les prix courants correspondent à l’évolution en valeur. Ce sont les prix affichés dans les magasins, sur les étiquettes. En France, les prix courants sont exprimés en Francs courants. Le pouvoir d’achat de ces Francs courants varie donc car plus l’inflation est élevée, plus il faut d’argent, d’année en année, pour acheter un même produit, ce qui implique une baisse du pouvoir d’achat de la monnaie : c’est l’érosion monétaire. Inversement, quand les prix baissent, le pouvoir d’achat de la monnaie augmente puisqu’avec la même quantité de monnaie, on peut acheter plus de biens.
  • Les prix constants sont des prix débarrassés de l’inflation. Ils correspondent à l’évolution en volume. Ils sont exprimés en monnaie constante de telle ou telle année, comme si le pouvoir d’achat de la monnaie était resté stable depuis cette année là.

D) Salaire nominal et salaire réel

  • Le salaire nominal est exprimé en monnaie courante. C’est celui dont le montant apparaît, mois après mois, sur la fiche de paye. Son évolution incorpore donc l’inflation éventuelle.
  • Le salaire réel traduit au contraire l’évolution réelle du pouvoir d’achat. L’effet de l’inflation, qui peut être trompeur, est donc annulé. Le salaire réel est exprimé en monnaie constante.
  • Il en est de même pour les taux d’intérêt où il faut distinguer les taux nominaux et les taux réels

Travail  : complétez le tableau récapitulatif ci-dessous

avec inflation

sans inflation

évolution en valeur

prix courants

Francs courants

salaire nominal

taux nominal

évolution en volume

prix constants

Francs constants

salaire réel

taux réel

II) Méthodes de calcul

On dispose de trois outils pour déflater une série statistique :

·         les coefficients d’érosion monétaire,

·         les indices des prix,

·         les taux d’inflation.

A) Les coefficients d’érosion monétaire

L’INSEE publie chaque année un tableau indiquant l’évolution du pouvoir d’achat depuis le début du siècle. Les coefficients de ce tableau permettent d’actualiser la valeur d’un bien acheté telle ou telle année. Ainsi un franc de 1901 valait 19,841 francs de 1998. De ce fait, pour transformer un prix d’une année antérieure en prix actuel, il faut le multiplier par le coefficient d’érosion de l’année antérieure. Tandis que pour exprimer un prix actuel en francs d’une année antérieure, il faut le diviser par le coefficient de cette année antérieure. Les coefficients tiennent compte du changement des anciens francs en nouveaux francs en 1960.

B) Les indices des prix

Ils expriment eux aussi l’évolution des prix au cours d’une période t0 à t1. Pour exprimer un prix de t0 en prix de t1, il suffit de poser l’opération :

(Prix de t0 ´ indice de t1) / indice de t0 =

et réciproquement pour un prix de t1 en prix de t0

C) Les taux d’inflation

Si, au cours d’une période le taux d’inflation a été de 20 %, cela signifie que ce qui coûtait 120 F en fin de période valait 100 F en moyenne au début de cette période, ou inversement. Il est donc facile de transformer un prix de début de la période en prix de fin de la période, ou inversement, notamment en transformant les taux d’inflation en indices des prix ou en coefficients multiplicateurs.

Publié dans La Gestion Commerciale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article